Actualités du voyage

Voyager en avion avec son animal de compagnie : ce qu’il faut savoir

Voyager en avion avec son animal de compagnie : ce qu’il faut savoir

Facebook logo Twitter logo Google+ logo LinkedIn logo Mail logo

Le 4 octobre est la Journée mondiale des animaux. C'est donc l'occasion idéale de parler voyage et animal de compagnie. Si vous prévoyez de prendre l'avion prochainement et que vous envisagez d'emmener votre fidèle compagnon, voici les conseils à suivre pour que le voyage de votre animal en avion se passe sans encombre.

Avant le départ : faites le point sur les vaccins et formalités

Voyager avec son chien ou son chat ne s’improvise pas. Pour prendre l’avion, il doit être en parfaite santé. En fonction de son âge, de certaines particularités liées à la race ou encore de son caractère (par exemple, s’il est du genre stressé) des contre-indications peuvent exister. Il faut donc consulter votre vétérinaire. Par ailleurs, il est possible de prévoir des calmants légers si votre animal n’a pas l’habitude de voyager (d’autant plus s’il doit faire le trajet en soute).

Ce rendez-vous chez le vétérinaire doit aussi permettre de réaliser tous les vaccins nécessaires avant le voyage. Attention à bien anticiper ! Certains, comme le vaccin antirabique, doivent être administrés a minima 21 jours avant le voyage. 

Quels documents fournir pour mon animal ?

Le vétérinaire délivre donc un certificat de santé (comprenant les vaccinations à jour), ainsi que tous les documents exigés pour l’identification de votre animal (puce électronique et passeport) lors du voyage. Pour être admis à bord, votre ami à quatre pattes doit donc être pucé électroniquement et disposer d’un passeport européen pour tout voyage depuis ou vers l’Union européenne. D'autres documents peuvent être demandés vers des destinations internationales, hors de l'U.E. Vous pouvez vous renseigner auprès de l’ambassade du pays en question. 
Par ailleurs, certains pays européens peuvent également exiger des conditions sanitaires complémentaires (mise en quarantaine, par exemple). C’est notamment le cas de l’Irlande, de la Suède, du Royaume-Uni ou de Malte. Renseignez-vous donc suffisamment à l’avance.

Animal en avion : cabine ou en soute ?

Bien sûr, vous aimeriez que Médor ou Minette puissent voyager à vos côtés. Malheureusement, il n'est pas toujours possible pour votre chien ou votre chat d'être en cabine. Selon la compagnie aérienne, les règles d’admission d’un animal en cabine varient. Généralement, l'animal ne doit pas dépasser un certain poids (sac de transport inclus) pour être admis en cabine. Ce seuil varie entre 4 et 8 kg maximum d’une compagnie à une autre. Par exemple, chez Air France-KLM le poids à ne pas dépasser est 4 kg, chez Corsair, il est de 5 kg et chez Brussels Airlines il est de 8 kg. Donc, si votre animal est un petit gabarit et que vous tenez absolument à le faire voyager en cabine, renseignez-vous d'abord auprès des transporteurs aériens qui desservent votre destination : leurs critères d'admission en cabine pourraient faire peser votre balance !

Au-delà du poids maximal autorisé en cabine, votre animal doit faire le voyage en soute. Mais, c'est aussi le cas avec certaines compagnies aériennes, sans conditions de poids car elles refusent tout animal en cabine. Depuis une directive de 2008, seuls les chiens d’assistance sont obligatoirement admis en cabine - parfois même à titre gratuit - au départ de l’Union européenne (ou d’un Etats tiers si la destination d’arrivée est dans l’U.E et que le transporteur est communautaire). Ces règles d'acceptation étant discrétionnaires, renseignez-vous bien auprès de la compagnie que vous envisagez de prendre avant toute réservation ! 

Dans tous les cas, précisez toujours que vous voyagerez avec votre animal de compagnie avant la réservation : certaines compagnies ont des quotas d’animaux admis par vol. Il est aussi recommandé de confirmer la présence de votre animal 72 heures avant de prendre l'avion.

Une fois à l'aéroport de départ, l’enregistrement de votre animal se fait en général au guichet consacré aux bagages « hors format ». Le mieux est de vous présenter à l’accueil de la compagnie aérienne pour savoir où le trouver. Enfin, assurez-vous toujours que votre animal porte un collier avec identification (au cas où il s’échapperait) et prévoyez un harnais et/ou une laisse pour passer plus facilement les contrôles de sécurité au besoin (si votre animal voyage en cabine).

Animal en soute : une caisse ou une cage de transport homologuée est obligatoire

Si votre chien ou votre chat voyage en soute, il faudra le placer dans une caisse ou cage de transport aux normes IATA (International Air Transport Association). Si la cage n'est pas homologuée, votre compagnon de vie peut être refusé à l'embarquement.  L’animal doit pouvoir s’y tenir allongé et debout et s’y retourner facilement. Veillez à mentionner sur la cage de transport son nom et son numéro de puce électronique ainsi que vos coordonnées (adresse et téléphone). Vous pouvez aussi préciser « animal vivant » sur une étiquette.
A noter : certaines compagnies vendent des caisses de transport homologuées dans leurs boutiques.

Pour lui rendre le transport plus agréable, n’hésitez pas à rendre sa cage la plus douillette possible. Un tissu imprégné de votre odeur pourra peut-être rassurer votre animal s'il en a besoin…

Animal refusé en cabine et en soute : quelles compagnies ?

Un animal peut être refusé à bord, en cabine comme en soute, dans plusieurs cas :

  • La compagnie refuse le transport d'animaux. C'est la politique adoptée par certains transporteurs aériens : dans ce cas, il sera impossible de prendre l'avion avec votre animal domestique. Citons, par exemple, le cas des compagnies low-cost Ryanair ou EasyJet.
  • Les règles de transport en vigueur dans le pays d'arrivée ou de départ l'interdisent. En effet, chiens et chats, mais aussi d'autres animaux (notamment les petits rongeurs : hamsters, cochons d'Inde, furets) peuvent être refusés sur certains vols internationaux. C'est aussi le cas de races de chiens et chats à nez retroussés (brachycéphales) qui présentent des risques de détresse respiratoire.
  • Votre animal est un chien de catégorie 1 (chien dits « d’attaque » ) ou de catégorie 2 (chien dit « de garde ou de défense »).
  • Le poids de votre toutou excède 75 kg (cage de transport incluse).

Dans ces cas de figure, votre fidèle compagnon peut généralement voyager en fret, à l'exception des chiens de catégorie 1 (loi 1999 en France), interdits de voyage même en fret par certaines compagnies et des chiens de catégorie 2 qui peuvent voyager en fret avec certains transporteurs sous certaines restrictions. Là encore, tout dépend des lois en vigueur dans les pays donc renseignez-vous suffisamment en avance auprès de l'ambassade et auprès du transporteur envisagé.

A la sortie de l’avion : récupérer l'animal sans stresser

Dès lors que vous posez le pied sur la terre ferme, vous n'avez sans doute qu'une hâte : retrouver votre animal adoré ! Vous pourrez le récupérer à l'arrivée des bagages « hors format ». Tous les aéroports ne se ressemblent pas donc n'hésitez pas à vous renseigner auprès du personnel de l'aéroport. Il faudra alors présenter votre pièce d’identité ainsi que la copie du « billet d’avion » de votre animal. En général, ce titre de transport (dont les tarfis varient d'une compagnie à l'autre) est remis en mains propres ou via e-mail (en fonction des pratiques du transporteur aérien). Dans certains cas, des droits et taxes – variables selon les pays – peuvent être aussi demandés à l’arrivée.
 

Prévoir une assurance animale : optionnel mais conseillé 

Même si souscrire une assurance pour votre compagnon de voyage n’est pas obligatoire, cela reste recommandé. De nombreuses assurances animales disposent d’offres pour se prémunir en termes de santé, de transport et de logistique une fois arrivés à destination. Une bonne assurance animale peut permettre la prise en charge de frais de santé ou d’hospitalisation pour votre animal. A l’étranger, ces frais peuvent énormément varier : prendre une assurance est donc une option intéressante pour vous éviter un stress (et des dépenses) supplémentaire.

Auteur : Vanessa d'Air Indemnité

Crédit photos : © Fotolia

Rédigé le 04/10/2018

Tags : Bons plans

Ces articles pourraient également vous intéresser :

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des publicités ciblées adaptées à vos centres d'intérêts et réaliser des statistiques. Pour en savoir plus et paramétrer vos cookies, cliquez ici