Actualités du voyage

Noël en Europe : 4 traditions insolites

Noël en Europe : 4 traditions insolites

Facebook logo Twitter logo Google+ logo LinkedIn logo Mail logo

A 10 jours de Noël, nous sommes nombreux à entamer les derniers préparatifs partout dans le monde. En Europe, en particulier, c'est un moment important de l’année teinté de traditions. Et à chaque pays les siennes ! Parfois d'ailleurs, le folklore est passé par là et cela donne lieu à des coutumes surprenantes... Connaissez-vous ces 4 traditions de Noël étonnantes (voire effrayantes) ?

1. Un bouc pas comme les autres : le Julbock des pays scandinaves

En Scandinavie, Noël est une fête traditionnelle et familiale avant tout. On y fête également l’Avent : les festivités commencent le 13 décembre, à l’occasion de la Sainte-Lucie, en particulier en Suède, d’où est originaire cette fête. C’est l’occasion de décorer les maisons de bougeoirs et de lampes en forme d’étoiles, mais pas seulement... En effet, l’une des traditions les plus prégnantes est celle du Julbock, traduire le « bouc de Yule » ou la « chèvre de Noël ». A la période de Noël, ne soyez donc pas étonné de découvrir des maisons et lieux publics décorés avec des chèvres ou des boucs faits de rameaux ou de paille. Cette tradition serait liée originellement à la mythologie nordique et particulièrement au dieu Thor qui voyageait dans le ciel tiré par un bouc. Au début du XIXe siècle, c’est d'ailleurs le Julbock qui distribuait les cadeaux aux enfants dans la nuit de Noël.

Peu à peu la croyance populaire a évolué : aujourd’hui on parle aux enfants d’un
gentil gnome (appelé le Julenisse en Norvège, le Julemand au Danemark, le Juletomte en Suède et le Julepukki en Finlande). C’est lui qui  les distribue, mais il est toujours accompagné d’une chèvre ou d’un bouc, en référence au Julbock. Exit les rennes !

Une décoration typique du Noël suédois (© gitusik - Fotolia)

2. L'étrange tradition du Pays de Galles : Mari Lwyd

Autre pays, autre folklore. La Mari Lwyd (« jument grise » en gallois) est sans doute l’une des plus étonnantes et plus effrayantes coutumes folkloriques liées à Noël. Il s’agit là d’une ancienne tradition, particulièrement répandue dans les campagnes et dans le sud du Pays de Galles. Encore observée par certains groupes fokloriques, elle consiste à faire du porte-à-porte et du pub-à-pub avec un « invité » pas comme les autres... Imaginez que sonne à votre porte un étrange cortège constitué d’hommes (originellement) portant le crâne d’un cheval - affublé de faux yeux, de fausses oreilles et d'autres éléments décoratifs - au bout d’un bâton recouvert d'un drap blanc. Rassurant, non ? 

Pourtant l'apparition de cette figure fantomatique est censée être de bon augure... tant que l'on se prête au jeu du Mari Lwyd, à savoir répondre à une joute verbale (nommée « pwnco ») toute en rimes et en gaélique, bien sûr ! L'ancêtre gallois de la « battle », en quelque sorte. Si l'hôte d'un soir perd cet échange verbal bien senti, il doit alors faire entrer le cortège chez lui et partager quelques rafraîchissements ; la bière épicée et le vin chaud étant généralement de rigueur en cette période de l'année. Si cette tradition reste vivante dans certaines localités et continue d’être perpétuée par certains groupes, elle a, aujourd’hui majoritairement disparue. Il faut dire que le Père Noël a quand même l’air plus sympa !

Mari Lwyd (source : Wikipedia) 

 

3. La sorcière de Noël en Italie : la Befana

En Italie, on fête généralement Noël sur plusieurs jours, du 24 au 26 décembre. Mais dès le début du mois de décembre on installe les décorations, y compris la crèche, tradition très importante pour les Italiens, qui restent très pratiquants. Si le Père Noël – le Babo Natale - est bien connu des petits Italiens, c’est parfois le petit Jésus – Gesu Bambino qui apporte directement les cadeaux la nuit de Noël. Cependant, une autre croyance populaire subsiste, celle de la Befana. Les jeunes Italiens peuvent profiter d’une ration supplémentaire de cadeaux, particulièrement de friandises, glissées dans leurs grandes chaussettes de Noël. Celle-ci passe dans les foyers où se trouvent des enfants dans la nuit précédent l’Epiphanie, le 5 janvier.

La Befana, figure folklorique très connue en Italie, et particulièrement dans le Sud de La Botte et à Rome, a été depuis reprise par la religion chrétienne. Selon l’histoire racontée aux enfants d'aujourd’hui il s’agirait d’une vieille femme croisée par les Rois Mages sur la route de Bethléem. Prise de remords après avoir refusé de les accompagner, elle se serait mise ensuite à leur recherche avec un panier empli de victuailles (gâteaux, fruits secs). Mais elle ne retrouva jamais leur trace et offrit alors ses présents aux enfants croisés sur sa route. Mais gare aux enfants qui n’ont pas été sages : traditionnellement, ceux-ci recevaient du charbon ! Aujourd'hui, les enfants capricieux peuvent plutôt s'attendre à découvrir le matin du 6 janvier des carbone dolce (photo), morceaux de sucre noir. Bon appétit !

Carbone dolce ou charbon ? (© Comugnero Silvana - Fotolia)

 

4. Le Krampus, démon punisseur en Autriche

Nous avons gardé le plus terrifiant pour la fin. Vous connaissiez le Père Fouettard ? Voici le Krampus. Tandis que Saint-Nicolas, le 6 décembre, récompense les enfants qui ont été gentils, celui-ci, sa version maléfique, en somme, les punit. En Autriche, mais également dans d'autres pays et régions qui partagent ce folklore (République tchèque, Slovaquie, Hongrie, Croatie, Bavière), les enfants qui n'ont pas été sages durant l'année peuvent se faire du souci car c'est le Krampus qui les guette ! Cette figure folklorique date probablement de l'époque pré-chrétienne et serait née dans les régions alpines, c'est pourquoi on la connaît également dans certaines régions d'Italie tel le Tyrol du Sud.

Le Krampus est fréquemment associé à Saint-Nicolas et on le croise généralement la nuit précédent la Saint-Nicolas, la Krampusnacht. Cette coutume folklorique reste vivace dans certaines régions d'Europe. En Styrie, land autrichien, il existe même un spectacle de Krampus, inscrit au patrimoine culturel de l’UNESCO. Traditionnellement, les jeunes hommes se déguisent en Krampus durant les deux premières semaines de décembre, en particulier le soir du 5 décembrePlus qu'effrayant, cet être légendaire est souvent représenté sous la forme d'un démon muni de cornes rappelant celles des chèvres, d'une fourrure épaisse et de crocs... ce qui ferait passer le Père Fouettard pour un enfant de choeur ! Voilà, joyeux Noël les enfants et faites de beaux rêves !

Le Krampus, figure folklorique germanique, est de sortie début décembre (© Manfred Herrmann - Fotolia)

Auteur : Vanessa d'Air Indemnité

Crédit photos : © Patricia Palmans (CC0 Creative Commons - Pixabay)

Rédigé le 14/12/2018

Tags : Insolites

Ces articles pourraient également vous intéresser :

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des publicités ciblées adaptées à vos centres d'intérêts et réaliser des statistiques. Pour en savoir plus et paramétrer vos cookies, cliquez ici