Actualités du voyage

Voyagez avec ces jeux venus du monde entier !

Voyagez avec ces jeux venus du monde entier !

Facebook logo Twitter logo Google+ logo LinkedIn logo Mail logo

Ce 31 mai c’est la Fête mondiale du jeu. L’objectif ? Faire reconnaître cette activité ludique comme un outil de transmission, d’apprentissage et d’échange. Parmi les jeux auxquels nous nous adonnons, certains datent de plusieurs siècles voire plusieurs millénaires. D’ailleurs, connaissez-vous leurs origines ? Air Indemnité vous propose de (re)découvrir des jeux du monde entier. Car jouer est aussi une façon de voyager !

Jeu de Go et Shogi, des jeux de stratégie venus d’Asie

Le premier vous parle peut-être davantage. Le Jeu de Go puise ses origines en Chine où il est toujours très populaire aujourd’hui. Cependant sa forme actuelle est née au Japon au XVe siècle. Le Jeu de Go est le plus ancien jeu combinatoire de stratégie connu. Son but : totaliser le maximum de territoires et de prisonniers, en déplaçant sur le plateau des pierres respectivement noires ou blanches. Le Shogi, surnommé « échecs japonais » signifie littéralement « jeu des généraux ». Là aussi, ce jeu de stratégie nippon oppose deux adversaires. On estime que ses origines remontent au VIIIe siècle même si sa version actuelle se jouerait plutôt depuis le XVIe siècle. Comme aux échecs, le but est de prendre le roi du camp adverse et chaque pièce se déplace selon son type. Gare à l’ « ote-zumu », équivalent de l’ « échec et mat » !

Amateurs de cartes : Whist ou Skat ?

Les amateurs de jeux de cartes traditionnels sont peut-être familiers de ces deux noms. Le Whist a longtemps été un jeu national en Angleterre. Ancêtre du bridge, il naît au XVIIIe siècle. Il se joue avec 54 cartes et oppose 4 joueurs – dénommés « Whisteurs » - répartis en 2 équipes tirées au sort. Son nom provient de l’une des règles qui interdit de prononcer toute parole pendant la partie ! L’équipe gagnante est celle qui remporte en premier deux robres. Comme au bridge, une robre désigne le fait de gagner deux manches. Le Skat est, quant à lui, un jeu de cartes allemand, également très populaire en Alsace et en Moselle germanophone. Né au début du XIXe siècle, il se joue avec 32 cartes. A l’origine, celles-ci disposaient de couleurs spécifiques – « Blatt » (feuille), « Herz » (cœur), « Schelle » (grelot) et « Eichel » (gland) – mais le Skat se joue aujourd’hui majoritairement avec les couleurs traditionnelles : Pique, Cœur, Carreau et Trèfle, chacune d’elles ayant une valeur différente.

Le jeu de toc(k), les « petits chevaux » canadiens

Qui n’a jamais joué aux petits chevaux ? Ce jeu de société familial a un équivalent au Canada, le jeu de toc(k). Cette variante propose d’avancer, non pas en jetant des dés, mais en tirant des cartes. En effet, celles-ci déterminent les déplacements des joueurs en fonction de leur valeur mais provoquent aussi des actions sur les pions de l’adversaire, histoire d’épicer un peu la partie ! Pour jouer, il faut donc un jeu de 54 cartes et former 2 équipes composées de 2 joueurs chacune. Chacune d'elles dipose de 8 pions, 4 par équipier. La première à rentrer tous ses pions dans sa « maison » remporte la partie.

Le Jeu du Mehen, l’un des plus anciens au monde

Egalement appelé « jeu du serpent », le jeu du Mehen doit son nom à sa forme : « mehen » signifie « enrouler » ou « celui qui est enroulé » mais désigne aussi un dieu serpent dans la mythologie égyptienne. Son plateau est en effet constitué d’une forme circulaire qui dévoile un certain nombre de cases pouvant varier d’une version à l’autre – de 30 à 400 – et se joue avec 6 séries de 6 pions de couleurs différentes représentant des animaux prédateurs. Ce jeu, l’un des plus anciens jeux de société du monde, daterait du IIIe millénaire avant notre ère ! Une quinzaine de jeux du Mehen ont été retrouvés dans les tombeaux égyptiens ou à même certaines parois ! Tout porte à croire que sa symbolique recèle des mystères qui n'ont pas tous été percés.... Il est possible d’admirer un exemple du jeu du Mehen au Musée du Louvre de Paris.

Mölkky et Kubb : deux jeux de plein air venus de Scandinavie

Très en vogue depuis quelques années en France, le Mölkky ravit les amateurs de jeux conviviaux. Né au milieu des années 90, il s'inspire d'un jeu traditionnel finlandais datant de la fin du XIXe siècle et remis au goût du jour dans les années 1950 : le Kyykä. Ce dernier proviendrait d’une région du sud-est de la Finlande, la Carélie. Dans sa version actuelle, le Mölkky se compose d’une douzaine de quilles numérotées. Le but du jeu est d’atteindre les 50 points sans les dépasser, au risque de voir retomber son score à 25 points ! Ce jeu d’adresse compte aujourd’hui plusieurs championnats dédiés dans le monde, y compris en France. Proche de ce jeu, le Kubb est une combinaison de plusieurs jeux – quilles, fer à cheval et échecs – et repose sur des règles pouvant varier d’un pays à l’autre voire d’une région à une autre. Ce jeu est constitué de 21 pièces en bois – 10 « kubbs », un Roi (placé au centre du jeu), 6 bâtons et 4 pieux –  et 2 équipes se font face. Originaire de Suède, il daterait de l’époque des Vikings (VIIIe-Xie siècle). Son nom signifie « bloc de bois » en dialecte de l'île de Gotland (dans la mer Baltique) d'où il est supposé provenir. Modernisé dans les années 90, le Kubb connaît depuis un regain de popularité. Son championnat du monde se tient tous les ans depuis 1995.

 


Prêts pour une partie de Mölkky ? (©Suomi - CC0 Creative Commons)

Auteur : Vanessa d'Air Indemnité

Crédit photos : © Varun Kulkarni (CC0 Creative Commons - Pixabay)

Rédigé le 31/05/2018

Tags : Voyages

Ces articles pourraient également vous intéresser :

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des publicités ciblées adaptées à vos centres d'intérêts et réaliser des statistiques. Pour en savoir plus et paramétrer vos cookies, cliquez ici