Actualités du voyage

Ces plateformes qui répondent aux problématiques des "handi-voyageurs"

Ces plateformes qui répondent aux problématiques des "handi-voyageurs"

Facebook logo Twitter logo Google+ logo LinkedIn logo Mail logo

Le mois d’avril s’est terminé sur la Journée mondiale de l’accessibilité et des mobilités (le 30). Elle concluait un mois entier consacré au tourisme et au handicap. Voyager en situation de handicap, prendre les transports, trouver le bon logement saisonnier, accéder aux visites culturelles souhaitées sont autant de problématiques que peuvent rencontrer les voyageurs handicapés, parfois appelés « handi-voyageurs ». Air Indemnité a rencontré les co-fondateurs de deux sites dédiés, Wilengo et Handiplanet.

Une personne handicapée sur trois privée de vacances

« Aujourd'hui encore une personne handicapée sur trois ne part jamais en vacances, c’est 3 fois plus que la population moyenne », nous apprend Caroline Varene, co-fondatrice de Wilengo, « une plateforme collaborative de locations de vacances accessibles aux personnes handicapées et à leurs proches ».  
Contraction de « will » –  la « volonté » en anglais et homophone de « wheel », la roue – et de « go » (partir), le site Wilengo est né de l’envie de ses co-fondateurs de permettre l’évasion pour tous.

De leur côté, Emmanuel et Mélina Kouratoras, frère et sœur, ont créé l’an dernier Handiplanet avec la même vision en tête : « Nous sommes convaincus que si nous montrons aux PMR (personnes à mobilité réduite) que d'autres personnes qui ont les mêmes problématiques de mobilité qu'elles ont pu voyager, elles pourront le faire », assure Emmanuel.

Handiplanet est un site collaboratif, pensé tel « un réseau social du voyage accessible » qui permet aux voyageurs de partager leurs expériences selon leur degré de mobilité et leur type de handicap. Il est né d’une mauvaise expérience au printemps 2016 alors qu’ils préparaient leur voyage en Crète : « Nous sommes finalement partis avec peu d'endroits accessibles en poche et nous avons quand même réussi à en trouver sur place, mais c’est un risque que peu de personnes en fauteuil sont prêtes à prendre : une fois sur place les déconvenues sont souvent très fortes. Nous avons donc décidé d'aider les millions de personnes qui veulent voyager mais qui n'osent pas en lançant Handiplanet en mai 2017. Le site a tout de suite été adopté par plusieurs centaines de voyageurs désireux de raconter leur périple. La nouvelle version lancée en 2018 (en anglais aussi) nous a permis d'intégrer un réseau social à notre guide collaboratif de voyage et d'améliorer l'expérience utilisateur », explique Emmanuel Kouratoras.

Sur Handiplanet il est donc non seulement possible de partager ses expériences de voyage mais aussi d’organiser son prochain périple « sur la base d'autres expériences de voyageurs », explique-t-il.

Place aux plateformes collaboratives

Caroline Varene, qui a co-fondé Wilengo avec son conjoint Guillaume, a toujours été férue de voyages. Or, depuis 3 ans, son fauteuil roulant est du voyage, les contraignant à adapter leur façon de voyager. « En organisant nos premières vacances dans ces nouvelles conditions, nous avons vite constaté que ce n'était pas simple. D'abord la recherche sur Internet : fini le réflexe Booking, AirBnB ou TripAdvisor, aucun de ces sites leaders du tourisme ne garantit un service adapté à mon handicap. Or, il n'existait aucune plateforme dédiée à laquelle se fier. Ensuite, les agences spécialisées proposent le plus souvent des voyages de groupe ou peu personnalisables, avec un surcoût injustifié. Enfin, les agences classiques proposent des devis sur mesure, mais ne comprennent pas les besoins spécifiques propres à chaque handicap (plain-pied, largeur des portes, etc.), ce qui crée des inquiétudes sur le bon déroulement du séjour et peut finalement décourager à partir. Ces constats nous ont vite convaincus qu'une solution digitale collaborative, facilitant la recherche, s'appuyant sur une communauté fiable et proposant des prix raisonnables, ne pouvait qu'encourager les personnes handicapées et leurs proches à partir en vacances en toute confiance ! », confie-t-elle.

En effet, la plateforme Wilengo regroupe aujourd’hui une vingtaine de destinations (mer, montagne, ville, campagne) pour tous les budgets. A l’instar des sites de locations saisonnières traditionnels, Wilengo permet de faire une recherche ciblée : en filtrant selon les équipements nécessaires visibles grâce à 14 pictogrammes (barres d’appui, aides visuelles ou encore douche PMR) on peut alors trouver la location de vacances qui nous convient. Celles référencées sur le site ont des « hôtes à l'écoute » et « sensibles à l’accessibilité de chacun ». Pour plus de facilité, ils sont également joignables grâce à une Chat Box de mise en relation.

En créant Wilengo, Caroline Varene voulait répondre à un enjeu crucial : « le nombre de logements accessibles doit pouvoir se démultiplier ». Pour elle, la principale problématique reste le logement, concédant que les transports de voyage (train, avion) ont beaucoup progressé ces dernières années notamment avec l’émergence de services d’assistance dédiés aux personnes à mobilité réduite. « En France, le label Tourisme & Handicap répertorie par régions des hôtels, gîtes, chambres d'hôtes aux normes, mais seul Wilengo ; qui démarre cette année, propose, sur le modèle original d'AirBnB, d'étendre l'offre aux particuliers. Notre volonté est d'en faire un modèle de référence d'inclusion au niveau français, puis européen et même international, en fonction de son succès ». 

Et d’ajouter : « il faudrait parvenir à fluidifier l'accès tout au long du parcours du voyageur, pour qu'une fois arrivé sur place et logé, il ne se prive pas d'un restaurant faute de pouvoir aller aux toilettes, d'un spectacle faute d'entendre, d'une balade dans un site touristique naturel faute d'adaptation du sol ou d'une baignade faute de matériel adéquat. »

Difficultés d'accéder aux informations de voyage

Pour les co-fondateurs d’Handiplanet, l’accès à l’information est également une problématique récurrente pour les voyageurs en situation de handicap et c’est d’ailleurs suite à leur propre constat en la matière qu’est né leur concept : « Ce qui manque le plus aujourd'hui c'est la facilité de réservation et la transparence des informations d'accessibilité que proposent notamment les compagnies aériennes sur leur site internet, même si elles font beaucoup d'efforts depuis quelques années. Enfin, et contrairement au train, les sièges dans les avions ne sont pas toujours adaptés de manière universelle aux personnes handicapées moteurs », confie Emmanuel Kouratoras qui rappelle : « L'accessibilité dans le voyage est un enjeu sociétal majeur pour l'industrie du tourisme qui, si elle ignore les voyageurs qui ont des besoins d'accès spécifiques, ignore 1 voyageur sur 3 dans le monde. »

 

Auteur : Vanessa d'Air Indemnité

Crédit photos : © Fotolia

Rédigé le 02/05/2018

Ces articles pourraient également vous intéresser :

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des publicités ciblées adaptées à vos centres d'intérêts et réaliser des statistiques. Pour en savoir plus et paramétrer vos cookies, cliquez ici