Actualités du voyage

Pourquoi a-t-on (souvent) froid en avion ? Nouveauté !

Pourquoi a-t-on (souvent) froid en avion ?

Facebook logo Twitter logo LinkedIn logo Mail logo

Il n’est pas rare que vous trouviez l’air de la cabine frisquet lorsque vous prenez l’avion ? Rassurez-vous : vous n’êtes pas seul(e) ! Mais savez-vous pourquoi on a souvent froid en avion ? Explications.

L’air de la cabine est recyclé et provient en partie de l’extérieur !

Premièrement, il faut savoir que personne n’a poussé la clim à fond pour vous faire enrager ! Alors, pourquoi l’air de la cabine est-il si méchant froid ? Première explication : il est en partie recyclé. Les avions construits depuis la fin des années 1980 sont, en effet, dotés d’un système de filtres baptisé HEPA (High Efficiency Particulate Air)*. Ces filtres ont pour rôle de capturer toutes les bactéries, champignons ou virus qui pourraient proliférer dans la cabine.

Les filtres HEPA sont très puissants : 10 à 50% de la quantité d’air de la cabine passe à travers ces filtres entre 20 et 30 fois par heure. L’air insufflé dans la cabine est donc recyclé en moyenne toutes les 2 à 4 minutes. Le système HEPA extrait donc de l'air extérieur et le mélange à de l'air recyclé, « propre » puisque débarrassé de ses particules indésirables... Voilà qui explique pourquoi l’air circulant dans l’avion est froid.

L’air froid limiterait les risques d’hypoxie

Autre explication : la température à bord est corrélée à la pression et, pour les passagers, au risque d’hypoxie. En effet, le risque d’hypoxie est plus élevé en avion, du fait de la pression et de la température.

L’hypoxie, quésaco ? Il s’agit d’une diminution d’oxygène dans le sang provoquant un déséquilibre entre les besoins et les apports en oxygène dans les tissus. Dans un avion, le phénomène d’hypoxie est prévenu par la pressurisation des cabines. Cependant, certains individus sont plus susceptibles de souffrir d’hypoxie, notamment lors d’un vol. En effet, selon l’ASTM (organisme américain de normalisation qui rédige et produit des normes techniques), les passagers aériens sont plus exposés à ce risque à cause d’une ventilation réduite liée à une mobilité insuffisante, à la somnolence ou encore aux troubles gastro-intestinaux, favorisés par un voyage en avion.

Or, des études ont montré qu’il y avait un nombre significativement supérieur de personnes susceptibles de perdre connaissance dans une cabine surchauffée plutôt que dans une cabine dans laquelle l’air diffusé est frais. Bref, mieux vaut avoir la chair de poule plutôt que de tourner de l’œil !

Une sensation de froid également liée à la sédentarité des passagers

Enfin, en toute logique, cette sensation de froid lors dans la cabine est accentuée par l’immobilité des passagers en avion. Si la plupart d’entre eux se lèvent et se dégourdissent les jambes de temps en temps lors d’un vol long-courrier, c’est souvent moins le cas lors de vols court et moyen-courriers. Le fait de rester assis et statique pendant une longue durée n’aide évidemment pas à lutter contre la sensation de froid. En limitant leurs mouvements, les passagers produisent très peu de chaleur corporelle, à l’inverse des membres de l’équipage qui se déplacent régulièrement et ne souffrent généralement pas du froid ressenti par les passagers (qui militent souvent pour l'augmentation de la température intérieure !). Elémentaire, chers passagers !

Moralité : la prochaine fois que vous prendrez l’avion, pensez à bien laisser les tongs et débardeurs dans la valise et n’oubliez pas votre petite laine !

 

 

*Source : étude des Centres pour le contrôle et la prévention des maladies (Centers for Disease Control and Prevention), rattaché au département de la Santé et des Services sociaux des États-Unis

Auteur : Vanessa d'Air Indemnité

Crédit photos : © victor zastol'skiy - stock.adobe.com

Rédigé le 12/09/2019

Ces articles pourraient également vous intéresser :

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des publicités ciblées adaptées à vos centres d'intérêts et réaliser des statistiques. Pour en savoir plus et paramétrer vos cookies, cliquez ici