Actualités du voyage

Grève des PNC et pilotes français du 3 au 6 janvier 2020

Grève des PNC et pilotes français du 3 au 6 janvier 2020

Facebook logo Twitter logo LinkedIn logo Mail logo

[Mise à jour le 24/12/19]

Bien que touché par les grèves des aiguilleurs du ciel, le transport aérien restait, jusqu’ici, relativement épargné par la mobilisation contre la réforme des retraites. Cela pourrait changer. En effet, des syndicats de personnels navigants et le principal syndicat de pilotes ont déposé un préavis de grève à compter du 3 janvier 2020, veille du week-end de retour des vacances de Noël.

Si les passagers aériens auront été plutôt épargnés durant les fêtes de Noël, le retour risque d’être plus compliqué. Il  y a quelques jours, à travers un communiqué, plusieurs syndicats représentant stewards, hôtesses de l’air et pilotes de ligne, ont appelé à « une grève glissante » dès le 3 janvier prochain.

Appel à la grève des PNC français les 3, 4, 5 et 6 janvier 2020

Initié par le collectif SOS Retraites qui réunit les syndicats de 16 professions (majoritairement libérales), l’appel à la grève a été relayé par les syndicats d’hôtesses et de stewards (SNPNC-FO et Unsa PNC) mais également par le SNPL, le principal syndicat français de pilotes. Les syndicats membres de ce collectif ont un point commun : les professions qu’ils représentent disposent toutes de caisses de retraites complémentaires.  Ainsi, les syndicats craignent que la CRPN,  la caisse de retraite du personnel navigant, ne soit menacée par la réforme du gouvernement.

« L’avenir de notre CRPN n’est plus assuré ! Le risque étant de faire basculer notre régime autonome et autofinancé dans le régime universel avec comme conséquence principale une baisse de 40% de nos pensions et un temps de travail allongé », explique le SNPNC dans son communiqué.

Et d’ajouter : « Le moment est venu, aux côtés de nos collègues pilotes, d’engager le rapport de force pour garantir dans la loi le maintien de notre CRPN ».

C’est donc après une rencontre infructueuse à Matignon que plusieurs syndicats représentant stewards, hôtesses de l’air, mais aussi pilotes de ligne, ont décidé de déposer un préavis de grève, à compter du 3 janvier. Il s’agit d’une « grève glissante », préviennent les syndicats. « Cette grève glissante se poursuivra éventuellement dans le week-end ». Ainsi, les syndicats appellent à faire grève du 3 au 6 janvier 2020 si le gouvernement reste sourd à leurs revendications.  

L’appel à la grève concerne l’ensemble des PNC de droit français de toutes les compagnies aériennes présentes sur le territoire.

Un ultimatum et une autre mobilisation possible le 3 février

C’est l’Inspection Générale des affaires sociales qui est chargée par le Premier Ministre d’étudier la possibilité de conserver la CRPN, la caisse de retraite du personnel navigant.  Mais l’âge limite du départ à la retraite est également au cœur des échanges. Il est aujourd’hui fixé à 55 ans pour les stewards et hôtesses de l’air et à 60 ans pour les pilotes.

Suite à l'ultimatum fixé au 23 décembre et aux rencontres qui ont suivi entre le gouvernement et les syndicats représentant respectivement PNC et pilotes, le préavis est maintenu. Si, côté pilotes, le SNPL s'est montré plus prudent, son président évoquant un report possible sur BFM suite à la rencontre du 23 décembre, du côté des PNC, le principal syndicat, le SNPNC a confirmé son appel à la grève. Il se dit prêt à entrer « dans un conflit dur et long ».

Avant même d’inviter les professions concernées à débrayer début janvier, un préavis de grève émanant du collectif SOS Retraites courait déjà pour mobiliser auprès des professions libérales, le 3 février prochain. « Le Collectif SOS Retraites annonce que si ses légitimes revendications ne sont pas entendues par le Gouvernement, il maintiendra également le mouvement de grève annoncé le 3 février 2020, point de départ d’une grève illimitée », peut-on lire dans un communiqué du collectif.

En cas de grève des PNC : quels sont les droits des passagers ?

A l’issue d’une rencontre fatidique entre le gouvernement et les syndicats de PNC qui ont fixé un ultimatum à la date du 23 décembre, le préavis de début janvier sera levé ou confirmé.

Dans la seconde hypothèse, des perturbations seront attendues dans les airs, étant donné que l’appel à la grève concerne toutes les compagnies aériennes implantées sur le territoire français. Cependant, la réglementation européenne fixe des obligations aux compagnies qui devront alors organiser leurs programmes de vols et prévenir leurs passagers aériens en cas de suppression de vol.

 « Par ailleurs, la compagnie aérienne doit prendre en charge ses passagers en leur proposant notamment une alternative de transport - vol de remplacement ou remboursement - mais également leur verser une indemnité de 250, 400 ou 600 euros selon la distance parcourue par le vol », rappelle Baptiste Lo-Presti, responsable juridique chez Air Indemnité.

 

Avion annulé ? Demandez votre indemnité !

Auteur : Vanessa d'Air Indemnité

Crédit photos : © Fotolia

Rédigé le 23/12/2019

Ces articles pourraient également vous intéresser :

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des publicités ciblées adaptées à vos centres d'intérêts et réaliser des statistiques. Pour en savoir plus et paramétrer vos cookies, cliquez ici