Actualités du voyage

"Confinés mais en voyage" - Episode 2 : Rapports de vol Nouveauté !

"Confinés mais en voyage" - Episode 2 : Rapports de vol

Facebook logo Twitter logo LinkedIn logo Mail logo

Déjà le deuxième épisode de notre série “Confinés mais en Voyage”. Après avoir sondé l’équipe Air Indemnité pour trouver les meilleurs films sur l’aviation, nous vous proposons notre sélection des meilleurs romans ! Des classiques, des grands noms, des surprises, suivez le guide, vous ne serez pas déçus.

1° Saint Exupéry et son Vol de nuit : Quand aviation rimait avec exploration

Comment faire une liste des meilleurs livres sur l’aviation sans mentionner Antoine de Saint Exupéry. Pilote, écrivain, reporter et explorateur, il a abreuvé la littérature de romans sur l’aviation avant sa disparition lors d’un vol au large de Marseille le 31 juillet 1944.

Pour cet article, nous avons dû nous limiter à un seul de ses romans et c’est le bien nommé Vol de nuit qui remporte les suffrages. Paru en 1931, il obtient la même année le prix Femina. Fait intéressant, il est également l’un des tous premiers romans à être adapté au format poche, il porte d’ailleurs le n°3 de cette longue collection. 

 

Saint Exupéry nous embarque ici pour l’Amérique du Sud où Rivière, le personnage principal - directeur de l’aéropostale d’Argentine, tente de prouver que l’avion est un moyen plus rapide que le train pour acheminer le courrier. A priori évident, mais pour que cela soit confirmé, il faut toutefois imposer aux pilotes les fameux vols de nuit pour ne pas perdre le temps gagné dans la journée. Vols d’une beauté qui n’aura d’égale que leur dangerosité.

Rapport de Jérôme : "Un Classique !"

2° Lorsque l’espace est confiné, L'Équipage devient primordial, J. Kessel

Avec son deuxième roman, paru en 1923, la plume de Kessel se distingue. Comme Saint Exupéry, Joseph Kessel fut lui aviateur, engagé volontaire dans son cas, lors de la Première Guerre Mondiale. Emprunts de cette expérience, ses romans d’aviation sont d’autant plus poignants.

 

De nombreuses similarités entres les personnages du roman de Kessel et notre situation actuelle. Comme nous, ils vivent ensemble toute la journée et mettent parfois leurs vies en péril. De la camaraderie à la solidarité, sans oublier de petites pointes de jalousie, de bons enseignements sont à tirer. Ajoutez à cela des récits de vols impressionnants de réalisme et c’est comme si vous y étiez. Comme tous les romans de J. Kessel, L’équipage se dévore en quelques jours, tant les descriptions sont poignantes.

3° Roissy, tout vol commence dans un aéroport - Tiffany Tavernier

Tiffany Tavernier est une romancière, scénariste et assistante réalisatrice. Pour le plus grand bonheur de ses fans, elle a franchi le quatrième mur et s’adresse à ses spectateurs à travers des romans.

Dans Roissy, la narratrice tire sa valise dans l’aéroport du même nom et erre d’un terminal à un autre. Elle engage alors des conversations au gré de ses rencontres, s’invente des vies, elle, la voyageuse, que les avions font rêver mais qui ne montera jamais dans aucun. Notre narratrice est arrivée dans l’aéroport sans mémoire ni passé, elle s’apparente à ce que l’on pourrait appeler une sans domicile fixe déguisée en passagère. Dès lors, quel meilleur lieu pour se réfugier que cet entre-lieu, ce trait d’union entre les mondes, ce point de départ, ou d’arrivée, de tant d’histoires.

4° Transatlantic, Colum McCann : l’histoire d’une liaison à travers les âges

Colum McCann n’est pas aviateur : c’est pourtant lui, irlandais de naissance et journaliste de formation, qui va s’attaquer avec brio à la première traversée transatlantique. Ce sera son seul roman sur l’aviation, mais la critique l’a salué, gage de qualité. Mêlant fiction et réalité avec brio, ce récit nous embarque sans peine dans l’histoire et on se laisse guider par les consignes du personnel de bord.

 

La première liaison transatlantique s’écrit entre la Terre Neuve, au Canada, et l’Irlande. C’est entre ces deux pays que s’établira le premier vol transatlantique sans escale de l’histoire. Roman polyphonique qui jongle entre les villes, les pays, les époques, avec pour fil conducteur cette traversée originelle effectuée par les héros du roman: Jack et Teddy, on se laisse vite captiver et on attend avec impatience l'atterrissage de l’histoire, qui en surprendra plus d’un.

5° Jean Mermoz ou l’archange du ciel : Mes Vols

Il aurait été difficile de conclure cet article sans mentionner l’aviateur français Jean Mermoz, disparu à 35 ans lors d’un vol au dessus de l’Atlantique Sud en 1936. Océan au dessus duquel il avait pourtant été le premier à réaliser un vol “postal”. Mermoz découvre le ciel en 1920 quand, sur les conseils d’un ami, il s’engage dans l’armée. Rapidement, il devient une figure de l’aéropostale. Mes vols est son seul témoignage, le seul héritage de ces innombrables heures de vols.

 

Mes vols est donc le récit autobiographique du jeune pilote, version augmentée de tous les vols qu’il réalisa en Amérique du Sud, alors pilote de l’aéropostale. Si dans Vol de nuit, Saint Exupéry raconte le courage, et la bravoure de ces jeunes pilotes. Dans Mes vols, Mermoz nous raconte de l’intérieur ce que cela représente de guetter le ciel, d’attendre la prochaine tempête, de deviner les cols des montagnes dans la pénombre. À consommer sans modération pour les fans d’aventure.

Parce que ne pas choisir c’est déjà faire un choix

Si les auteurs prolixes comme Antoine de Saint Exupéry et Joseph Kessel ont été limités à un seul ouvrage pour les représenter, nous ne pouvons pas ne pas mentionner au moins Pilote de Guerre pour le premier et Mermoz pour le second.

Et parce que nous écrivons cette série pour vous aider à tromper l’ennui du confinement, mais aussi pour occuper vos bambins qui doivent difficilement vivre l’enfermement, nous avons pensé aux livres pour les tous petits : 

 

Recommandation de Baptiste !

Et enfin, livre préféré de l’auteur de cet article, il ne pouvait pas ne pas être mentionné, même s’il relate un autre type de voyage: Le Petit Prince de Saint Exupéry. Chacun y trouvera le voyage qu’il souhaite réaliser. Petits et grands, tous y trouveront a minima une belle histoire, au mieux un beau voyage.

Rapport de vol d’Alexandre : “Je le lis au moins une fois par an et j'y trouve toujours des enseignements différents. D’une poésie et une profondeur infinies, il a fini de me faire pleurer, mais je le lis toujours avec beaucoup d’émotion. Et oui, c’est mon côté romantique ;).”

Auteur : Alexandre d'Air Indemnité

Crédit photos : © Sarah Lötscher (Pixabay)

Rédigé le 23/03/2020

Tags : On a testé pour vous

Ces articles pourraient également vous intéresser :

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des publicités ciblées adaptées à vos centres d'intérêts et réaliser des statistiques. Pour en savoir plus et paramétrer vos cookies, cliquez ici