Actualités du voyage

Boeing 737 MAX interdit en Europe : compagnies concernées, solutions pour les passagers...

Boeing 737 MAX interdit en Europe : compagnies concernées, solutions pour les passagers...

Facebook logo Twitter logo LinkedIn logo Mail logo

[MAJ le 15/03/2019]

En moins de 5 mois, deux crashs ont fait au total 346 victimes. Suite à l'accident du vol d'Ethiopian Airlines dimanche 10 mars, le modèle Boeing 737 MAX 8 (déjà mis en cause en octobre dernier) est pointé du doigt. Mardi 12 mars, l’Agence Européenne de la sécurité aérienne (AESA) a ainsi décidé d’interdire de vol tous les Boeing de la même famille dans le ciel européen. Quelles conséquences pour les passagers ?


Alors que l’enquête diligentée à la suite du crash de Lion Air n’a pas encore rendu ses conclusions, Boeing a annoncé une mise à jour logicielle à la demande de la FAA, l'Aviation Civile américaine. Bien qu’il soit trop tôt pour définir si les problèmes rencontrés sur les deux vols accidentés sont de même nature et incriminent Boeing, il n’en reste pas moins que deux accidents aussi rapprochés dans le temps sur un modèle d’avion aussi récent - le B 737 MAX 8 a été inauguré en mai 2017 - est rare.

L’U.E a fermé son ciel aux Boeing 737 MAX dès mardi

Le logiciel de contrôle de vol de l'appareil est soupçonné de défaillance. C’est pourquoi certains pays ont été prompts à fermer l’accès à leur ciel à ce modèle voire à tous les appareils de la même famille à peine 48h après le crash. Le Royaume-Uni a ouvert la marche, suivi par l'Allemagne et la France. Si aucune compagnie française n’exploite l’un de ces modèles, la Direction Générale de l’Aviation Civile (DGAC) avait cependant indiqué, 48h après le crash, interdire tout vol commercial effectué sur un Boeing 737 MAX à destination, au départ, ou survolant le territoire français, y compris l'Outre Mer : « compte tenu des circonstances de l’accident en Ethiopie, les autorités françaises ont pris la décision, à titre conservatoire, d’interdire tout vol commercial effectué par un Boeing 737 MAX à destination, au départ ou survolant le territoire français ».

Depuis mardi soir, suite à une décision de l’AESA, l’Agence Européenne de la Sécurité Aérienne, l’ensemble du ciel européen est interdit aux Boeing 737 MAX. D’autant plus que plusieurs compagnies européennes exploitent ce type d’appareils dans leur flotte :

  • Norwegian Air Shuttle (18 appareils)
  • TUIfly (15 appareils)
  • LOT Polish Airlines (5 appareils)
  • Air Italy (3 appareils)

Tous les vols de la famille d'appareils B 737 MAX, qu’ils soient à destination ou au départ d’un pays de l’U.E ou intracommunautaires sont suspendus et ce, quelle que soit la nationalité des transporteurs les opérant.

Les Boeing 737 MAX immobilisés partout

Les pays qui ont suspendu les vols des 737 MAX

La Chine a été le premier pays à interdire les vols assurés par cette famille d’appareils au lendemain du crash d’Ethiopian Airlines. Et pour cause,  pas moins de 76 Boeing 737 MAX ont été livrés à une dizaine de compagnies chinoises ! D'autres pays ont rapidement fermé leur espace aérien à la dernière génération d'appareils de Boeing dont :

  • la Corée du Sud
  • la Mongolie
  • l’Inde
  • l’Indonésie
  • le Brésil (pour les 737 MAX 8)

Les pays qui ont interdit leur espace aérien aux 737 MAX

La fermeture de l'espace aérien de l’U.E (qui concerne aussi la Norvège, la Suisse, l'Islande et le Lichtenstein) n'est pas la seule à inquiéter les compagnies qui exploitent les Boeing 737 MAX. Comme un effet domino, d'autres pays, hors Europe, ont successivement annoncé fermer leur ciel à ces appareils du géant américain : 

  • l’Australie
  • la Nouvelle-Zélande
  • Singapour
  • l’Egypte
  • l’Irlande
  • le Sultanat d’Oman
  • le Chili
  • le Mexique
  • le Costa Rica
  • le Panama
  • le Japon 

Les compagnies qui ont immobilisé leurs appareils

Ethiopian Airlines, à la suite de l'accident mortel dans lequel elle a perdu 157 membres d'équipage et passagers, a cloué au sol sa flotte de Boeing 737 MAX (4 appareils) jusqu'à nouvel ordre. C’est aussi le cas d’autres compagnies :

  • Turkish Airlines (12 appareils)
  • FlyDubai (13 appareils)
  • Gol (7 appareils)
  • Aeromexico (6 appareils)
  • Aerolinas Argentinas (5 appareils)
  • Ethiopian Airlines (4 appareils) ...

Quant à la compagnie indonésienne Lion Air, elle a non seulement immobilisé sa flotte de 737 MAX 8 mais elle également reporté la réception d’une commande de 4 nouveaux appareils de cette famille...

Donald Trump interdit finalement les vols de Boeing 

Ces mesures sont préventives, les causes de l’accident du vol d’Ethiopian Airlines n’ayant pas encore été déterminées. De leur côté, les Etats-Unis n'avaient imposé aucune restriction jusqu'au 13 mars, date à laquelle le Président Donald Trump a pris position. Les Boeing 737 MAX 8 et 9 sont donc finalement cloués au sol : « Nous allons décréter en urgence l'interdiction de tous les vols des 737 MAX 8 et 737 MAX 9 », a déclaré la Maison Blanche. « La sécurité des Américains, et de tous les passagers, est notre priorité absolue ». Peu de temps après, la FAA (l’Aviation civile américaine), s'est finalement fendue d'un communiqué allant dans ce sens et expliquant qu'une « nouvelle preuve » avait été trouvée sur le site du crash.

Le 14 mars, la FAA a annoncé que les avions B 737 MAX 8 et 9 resteraient immobilisés jusqu'en mai, au moins, jusqu'à ce que la mise à jour logicielle puisse être testée et validée.

Le Canada a pris la même décision peu de temps avant justifiant aussi sa décision par de « de nouvelles données » reçues mercredi matin sur les circonstances du crash d'Ethiopian Airlines. Il bannit  « jusqu'à nouvel ordre » les Boeing 737 MAX-8 et MAX-9 de son espace aérien. 

Des passagers pris en charge mais pas indemnisés

L'immobilisation des appareils oblige un grand nombre de compagnies à trouver des solutions alternatives pour leurs passagers dès lors que leur vol se trouve annulé suite aux restrictions imposées par les Etats. Même si les appareils sont plus disponibles qu’en saison haute, un grand nombre de transporteurs est concerné : l’interdiction de vol pour un modèle aussi récent est inédit et aujourd’hui quelque 370 appareils 737 MAX sont en circulation dans le monde.

Les passagers d’un vol Air Canada reliant la Martinique à Montréal ont ainsi pu faire l’expérience mardi des conséquences de l’interdiction de voler dans le ciel français. Ils n’ont pas pu embarquer et ont été logés dans des hôtels, par la compagnie, avant de repartir le lendemain à bord d’un autre appareil (un A 321) exploité par Air Canada Rouge, sa filiale à bas coûts.

Ainsi, les compagnies aériennes se trouvent dans l’obligation d’annuler de nombreux vols et se retrouvent saturées d’appels de clients inquiets. Dans le cas d’une annulation de vol suite à la suspension de l’exploitation des appareils Boeing qui se retrouvent incriminés, elles doivent donc trouver des alternatives :

  • un petit nombre d’entre elles a les capacités de mettre en service des appareils en réserve dans leur flotte

  • la plupart doit louer des appareils pour réacheminer leurs passagers ou faire du partage de codes avec des transporteurs partenaires

Les conseils d'Air Indemnité aux voyageurs

La première chose à faire est donc de consulter la compagnie aérienne avec laquelle le vol est prévu :  « La compagnie aérienne doit trouver une solution pour les passagers restés sur le tarmac, quand bien même la raison de l’annulation du vol ne lui est pas imputable », explique Anne-Laure Hery, porte-parole d'Air Indemnité.

« Celle-ci leur proposera probablement un vol de remplacement ou les invitera à reporter leur voyage si cela est possible. Si le vol de remplacement proposé ne convient pas au passager, ce dernier peut le refuser et demander un remboursement. En revanche, les passagers ne peuvent pas espérer une indemnisation ; la responsabilité de la compagnie aérienne ne peut être engagée. Il ne s’agit pas là d’un problème technique mais d’une défaillance imputable au constructeur. Par ailleurs, c’est la sécurité des passagers qui prime avant tout. » poursuit Anne-Laure Hery.

Auteur : Vanessa d'Air Indemnité

Crédit photos : © Gary Lopater - Unsplash

Rédigé le 14/03/2019

Tags : Compagnies aériennes Vol retardés Vols annulés

Ces articles pourraient également vous intéresser :

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des publicités ciblées adaptées à vos centres d'intérêts et réaliser des statistiques. Pour en savoir plus et paramétrer vos cookies, cliquez ici