Actualités du voyage

Grèves des PNC de Norwegian Air à Roissy du 14 octobre au 5 janvier

Grèves des PNC de Norwegian Air à Roissy du 14 octobre au 5 janvier

Facebook logo Twitter logo LinkedIn logo Mail logo

Depuis plusieurs mois, des négociations portant sur les conditions de travail et les salaires des PNC (personnels navigants commerciaux) sont en cours chez Norwegian Air Shuttle. Deux syndicats représentant les PNC basés à l'aéroport de Paris Charles de Gaulle ont déposé un préavis de grève : plusieurs mouvements sont prévus à partir du 14 octobre et jusqu'au 5 janvier 2020. 

130 hôtesses de l'air et stewards concernés 

Deux syndicats représentant les PNC de Norwegian, l'UNAC (Union des Navigants de l’Aviation Civile) et le SNPNC-FO (Syndicat National du Personnel Navigant Commercial) sont à l'initiative de ce préavis. A partir de lundi prochain, le 14 octobre, les hôtesses et stewards de la compagnie aérienne norvégienne sont donc appelés à cesser le travail quand ils le souhaitent.

Cet appel à la mobilisation fait suite à l'échec des négociations entamées entre la direction et les syndicats depuis plusieurs mois. En avril dernier, les syndicats UNAC et SNPNC-FO avaient déjà déposé un préavis, en vain. Ils dénoncent « les conditions de travail et la rémunération actuelles du personnel de cabine de la compagnie norvégienne [qui] sont alarmantes » et un report perpétuel des discussions de la part de la direction de la compagnie. Les syndicats tirent aussi la sonnette d'alarme sur « l'impact sur la santé physique et mentale des membres de l'équipage de cabine » selon eux minimisés par la direction.

Outre la rémunération, ils demandent à revoir les conditions de travail et notamment plus de stabilité de leur planning. Ce mouvement de grève, prévu du 14 octobre au 5 janvier prochain, concerne environ 130 hôtesses et stewards qui effectuent des vols directs entre Paris et les États-Unis.

Retards et annulations de vols à prévoir : quels sont les droits des passagers ?

Suite à cet appel à cesser le travail, les passagers ayant prévu de voler sur la compagnie Norwegian Air risquent donc de connaître des retards de vol, voire des annulations. Si vous avez prévu un voyager avec la compagnie norvégienne entre le 14 octobre et le 5 janvier, vérifiez régulièrement les informations et assurez-vous du statut de votre vol. Il convient aussi de vous assurer que vos coordonnées sont à jour afin que la compagnie puisse vous avertir le jour de votre départ en cas de perturbation liée à la grève.

Les obligations de la compagnie aérienne

  • Prise en charge des passagers en cas de retard ou d'annulation

« En cas de retard supérieur à 4 heures au départ, dans le cadre d'un vol long-courrier, la compagnie aérienne est tenue de prendre en charge ses passagers dans l'attente du départ effectif de leur vol », rappelle Baptiste Lo-Presti, responsable juridique chez Air Indemnité. Concrètement, cela signifie donc que la compagnie aérienne doit fournir boissons, repas, moyens de communication mais également hébergement et transport depuis et vers l'aéroport dans le cas où le vol est repoussé au lendemain

Il en va de même en cas d'annulation de vol. « Dans le cas où le vol est annulé, la compagnie doit proposer au passager de le replacer sur un autre vol, dans des conditions de voyage similaires. Cela signifie alors qu'elle le prend en charge jusqu'au prochain vol. Cependant, le passager peut aussi renoncer à son voyage : il se voit alors remboursé ». Le remboursement du billet doit alors intervenir sous 7 jours

  • Versement d'une indemnité par passager

Dans le cas où le vol est annulé du fait de la compagnie aérienne, le passager peut prétendre à une indemnisation, allant de 250 à 600 euros. Cependant, si la compagnie a respecté un délai de prévenance de 14 jours, c'est-à-dire qu'elle a informé ses passagers de l'annulation de leur vol au moins 14 jours avant la date de départ prévue, aucune indemnité n'est possible. Néanmoins, une alternative doit être proposée aux passagers : le remboursement ou un vol de substitution.

De même, un retard de vol important peut être éligible à une indemnité ; il faut cependant que le passager subisse un retard à l'arrivée à sa destination finale supérieur à 3 heures.

Demandez votre indemnité


Les vols concernés par le règlement CE 261/2004 qui encadre les droits des passagers aériens sont les vols au départ d'un aéroport de l'Union européenne quelle que soit la nationalité de la compagnie et les vols à destination de l'Union européenne qui sont opérés par une compagnie membre de l'U.E. « Dans le cas de la Norvège, comme de la Suisse et de l'Islande, il ne s'agit pas de pays membres de l'U.E mais ils sont signataires du règlement. De ce fait, un vol transatlantique effectué par Norwegian sera bien éligible en cas d'annulation ou de retard de plus de 3 heures, dès lors que la cause est imputable à la compagnie aérienne », explique Baptiste Lo-Presti.

« Cette indemnisation s'élève à un montant forfaitaire, fixé en fonction de la distance du vol, par le règlement CE 2612004 », rappelle le responsable juridique. En l'occurrence, Norwegian est spécialisée dans les vols transatlantiques low-cost. En cas de perturbation éligible à une indemnisation faisant suite à la grève des PNC, l'indemnité à verser au passager sera donc de 600 euros (vols de plus de 3 500 km). 

Une grève de personnel n'est pas considérée comme une circonstance exceptionnelle et, de ce fait, la compagnie ne peut être exemptée du versement d'une indemnité au passager. 

 

 

 

Auteur : Vanessa d'Air Indemnité

Crédit photos : © Tommy Olsson - Pixabay

Rédigé le 09/10/2019

Tags : Compagnies aériennes Grèves

Ces articles pourraient également vous intéresser :

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des publicités ciblées adaptées à vos centres d'intérêts et réaliser des statistiques. Pour en savoir plus et paramétrer vos cookies, cliquez ici