Actualités du voyage

Crise du Boeing 737 MAX : Ryanair fermera des bases aéroportuaires dès fin 2019

Crise du Boeing 737 MAX : Ryanair fermera des bases aéroportuaires dès fin 2019

Facebook logo Twitter logo LinkedIn logo Mail logo

Comme le feuilleton Boeing n'en finit pas, les compagnies clientes de l'avionneur américain doivent adapter leurs programmes de vols, à l'instar des américaines Delta, Southwest ou American Airlines. De son côté, la low-cost irlandaise Ryanair a annoncé mardi 16 juillet qu'elle allait réduire son activité sur certaines liaisons aériennes et fermer des bases aéroportuaires à compter de novembre 2019, à cause des reports de livraisons des 737 MAX. 

Dans un communiqué du 16 juillet, le patron de Ryanair, Michael O'Leary, s'est exprimé sur la crise que connaît Boeing et sur ses conséquences sur l'activité de sa compagnie, dont la flotte est entièrement constituée d'appareils du constructeur américain. Clouée au sol depuis mars 2018, la famille d'appareils Boeing 737 MAX est toujours dans l'attente d'une nouvelle certification de la part des autorités américaines, mais aussi européennes. D'autres autorités nationales de l'aviation civile ont également fait savoir qu'elles procèderaient à leurs propres examens avant d'autoriser les 737 MAX à voler à nouveau dans leur ciel...

Une activité réduite et des bases supprimées à l’hiver 2019 et l’été 2020

Ryanair exploite aujourd'hui 450 Boeing 737-800, des versions antérieures aux 737 MAX, mais avait passé une grosse commande auprès du constructeur américain, afin de soutenir ses ambitions de croissance. Ainsi, elle devait recevoir 135 Boeing 737 MAX 8-200 et mis une option sur 75 appareils supplémentaires. Suite aux déboires de l'avionneur, la relation commerciale qu'ils entretiennent est devenue un frein aux activités de la compagnie irlandaise. 

Car, bien que les modèles commandés par Ryanair soient des variantes des 737 MAX incriminés dans les deux accidents mortels des compagnies Lion Air et Ethiopian Airlines, ils demanderont une homologation distincte à celle des autres 737 MAX. Chez Ryanair, on s'attend plutôt à une homologation de ces appareils dans les deux mois suivant la certification des appareils suspectés... Problème : aucune date de remise en service n'a pour le moment été décidée ! Selon les projections des spécialistes Outre-Atlantique, les 737 MAX pourraient rester immobilisés de longs mois encore et ne pas voler avant le premier semestre 2020.

Subissant un retard dans la livraison de ses Boeing 737 MAX 8-200, la compagnie Ryanair prévoit de ne recevoir que 30 appareils d’ici mai 2020, contre les 58 initialement commandés, précisant, d'ailleurs, que ce nombre  « peut augmenter ou diminuer davantage » selon la date de remise en service du 737 MAX. « Ce manque de livraisons va nous contraindre à diminuer notre activité sur certaines bases et à en fermer pour l’été 2020, mais aussi pour l’hiver 2019 », a commenté hier Michael O'Leary, renouvelant, toutefois, sa confiance envers Boeing.

Des dizaines de vols potentiellement impactés

Or, la low-cost prévoyait déjà des bénéfices à la baisse pour l'année à venir après avoir clôturé son plus mauvais exercice (2018/2019) depuis 4 ans. Elle réalise aujourd'hui 2 400 vols par jour. Dès novembre 2019, elle entend fermer certaines bases aéroportuaires et réduire des liaisons. La compagnie table désormais sur une réduction de son trafic à l'été 2020, passant de 7% à 3% de croissance. En tout, plusieurs dizaines de vols quotidiens pourraient être concernés par cette stratégie de réduction de croissance, décidée suite à l'immobilisation prolongée des Boeing 737 MAX.

Quelles liaisons Ryanair pourraient être supprimées ?

Impossible de savoir, pour le moment, quelles liaisons seront impactées par cette décision, ni quelles bases seront fermées à l'hiver 2019 et à l'été 2020 : « Nous aurons une série de discussions avec nos aéroports pour déterminer quelles bases Ryanair parmi les moins rémunératrices vont souffrir de ces réductions et/ou de ces fermetures à partir de novembre 2019  », indique la direction de la compagnie. Et de préciser qu'elle consultait également « ses employés et ses syndicats », afin d'organiser ses changements. 

Pour le moment, aucune base n'a donc été nommée et, interrogé par France 3, le directeur commercial de l'aéroport de Beauvais-Tillé (Paris BVA), où Ryanair opère 42 des 60 destinations desservies, s'est voulu rassurant :  « Pour le moment, les lignes de cet hiver sont déjà en vente et ne seront probablement pas touchées. La question se pose surtout pour 2020. Si des bases venaient à fermer, une ou deux lignes maximum pourraient être impactées mais c’est trop tôt pour le dire ».

La réflexion étant en cours, Ryanair devrait se prononcer d'ici août sur les bases qu'elle entend fermer et sur les liaisons aériennes qui seront réduites pour l'hiver 2019 et l'été 2020. A suivre...

 

Auteur : Vanessa d'Air Indemnité

Crédit photos : © photothèque Ryanair

Rédigé le 18/07/2019

Tags : Compagnies aériennes Vols annulés

Ces articles pourraient également vous intéresser :

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des publicités ciblées adaptées à vos centres d'intérêts et réaliser des statistiques. Pour en savoir plus et paramétrer vos cookies, cliquez ici