Actualités du voyage

Fin officielle de Joon : PNC et flotte réintégrés par Air France

Fin officielle de Joon : PNC et flotte réintégrés par Air France

Facebook logo Twitter logo Google+ logo LinkedIn logo Mail logo

Le 10 janvier, Air France a officialisé la fin de sa filiale Joon suite à un accord signé unanimement avec les syndicats de PNC. 13 mois après son lancement seulement, la compagnie hybride va disparaître. Les quelque 600 PNC que compte actuellement Joon, ainsi que sa flotte fusionneront avec ceux de la compagnie Air France. Quel impact pour les clients ? Explications.


Comme l'avait laissé entendre Benjamin Smith, le nouveau PDG du groupe Air France-KLM fin 2018, la jeune filiale d'Air France sera enterrée cette année. En cause : un positionnement peu clair selon lui, et aux antipodes de la marque Air France, bien référencée et vue comme un atout pour reprendre des parts de marché à l'international. 

Fin de Joon : personnel navigant et appareils absorbés par Air France

Un accord signé le 10 janvier entre Air France et les syndicats de PNC, seuls salariés directs de la filiale, met officiellement fin à l'aventure Joon, qui fut de courte durée. Rémunérés 40% moins cher que leurs collègues de la maison-mère, les hôtesses de l'air et les stewards de Joon seront réintégrés aux équipages d'Air France. Benjamin Smith s'est félicité de cet accord qui « améliore les conditions de travail du personnel navigant commercial en réglant bon nombre de préoccupations et [qui] va permettre de progresser dans le service apporté [aux] clients, et ainsi à Air France d’améliorer son positionnement dans un marché très concurrentiel ».

Les personnels navigants commerciaux (PNC), qui sont environ 600, sont en effet les seuls concernés par une intégration au sein de la maison-mère ; les pilotes, les agents de maintenance et de commercialisation de Joon étant des salariés d'Air France et travaillant indifféremment pour les deux compagnies.
Signataire, le SNPNC s’est félicité d’un accord « historique qui replace le PNC au cœur d’Air France », affirmant que les PNC de Joon auront une rémunération d’entrée à Air France « supérieure à celle qu’ils auraient eu même après vingt années » dans la filiale. 

De même, la flotte de Joon sera réintégrée à celle d'Air France. A ce jour, Joon comptabilise une quinzaine d'appareils et devait en compter le double à l'horizon 2020. 

Clients Joon : quid des vols réservés ?

Pour les clients actuels de la compagnie Joon, aucun impact sur leur prochain voyage n'est à craindre. Air France a en effet confirmé dans un communiqué que les billets vendus ou à la vente « seraient bien sûr assurés par Joon jusqu’à la finalisation du projet puis repris par Air France ». L'absorption de la filiale par Air France devrait se faire de manière progressive. 

« La multiplicité des marques a créé de la complexité et a malheureusement affaibli la puissance de la marque Air France. L'intégration de Joon au sein d’Air France devrait apporter de nombreux avantages, notamment l'harmonisation de la flotte, des produits, de la marque. La gestion des opérations serait améliorée grâce à une flotte commune d’avions », peut-on lire dans le communiqué d'Air France.

Si la date de l'officialisation de la fusion n'a pour le moment pas été avancée par la direction, plusieurs sources syndicales évoquent le début du printemps. Flora Arrighi, du syndicat Unac, a indiqué à l'AFP que cette fusion aura lieu « si possible au début de la saison d'été, le 1er avril ». La compagnie et la marque disparaîtront officiellement après la fusion avec Air France.

Montée en gamme chez Air France, tournée vers les clients "Premium"

Du côté de la direction d'Air France, la volonté de Benjamin Smith de repositionner l'image d'Air France, écornée par de nombreuses grèves en 2018, est donc claire. Joon avait été lancée par son prédécesseur, Jean-Marc Janaillac : ses opérations avaient commencé le 1er décembre 2017.

Dans un courrier adressé aux salariés du groupe le 9 janvier que s'est procuré La Tribune, Benjamin Smith explique clairement son choix de faire monter en gamme la compagnie Air France pour mieux rivaliser avec ses concurrentes à l'international.  Il déplore qu'Air France soit « actuellement la seule compagnie major qui n’offre pas encore de produits cohérents ou de sièges full flat [transformables en lits, ndlr] en Business, et nous déployons tous nos efforts pour offrir une meilleure expérience afin de créer une promesse de marque à nos clients ». L'objectif ? Reprendre des parts de marché sur des liaisons trustées aujourd'hui par les compagnies du Golfe voire certaines low-costs.

Toujours selon La Tribune, la stratégie d'Air France consiste notamment à « augmenter le nombre de sièges en première classe, en classe affaires et en classe Premium Economy, au détriment de la classe économique ». Le PDG d'Air France explique dans ce même courrier : « Nous faisons clairement le choix d'orienter notre stratégie sur ce segment "Premium". Les clients "Premium" sont les plus convoités par l'ensemble des compagnies, aussi ils ont de nombreuses opportunités de voyage, nous choisissons de nous recentrer sur ce segment de clientèle, cela représente un challenge pour nous ».

 

 

Auteur : Vanessa d'Air Indemnité

Crédit photos : © Twitter @weflyjoon

Rédigé le 11/01/2019

Tags : Compagnies aériennes

Ces articles pourraient également vous intéresser :

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des publicités ciblées adaptées à vos centres d'intérêts et réaliser des statistiques. Pour en savoir plus et paramétrer vos cookies, cliquez ici