Actualités du voyage

Nouvelle grève des contrôleurs aériens le 22 mai

Nouvelle grève des contrôleurs aériens le 22 mai

Facebook logo Twitter logo Google+ logo LinkedIn logo Mail logo

Attention si vous prenez l'avion le 22 mai. Deux mois tout juste après la dernière grève nationale des contrôleurs aériens, ces derniers se mobiliseront de nouveau à cette date. L’Usac-CGT, syndicat majoritaire de l’aviation civile, appelle en effet l’ensemble des personnels de la Direction Générale de l’Aviation Civile (DGAC) à se joindre à la mobilisation nationale de la Fonction Publique ce jour-là.

Les raisons de la grève des contrôleurs aériens en mai

« L’Usac-CGT revendique que la DGAC soit en mesure d’assurer l’ensemble de ses missions dans les meilleures conditions possibles de travail et dans l'intérêt des services rendus aux usagers. L’Usac-CGT a donc déposé un préavis de grève pour la journée du 22 mai (comprenant les nuits amont et aval) avec comme revendication des hausses de recrutement dès 2018 pour tous les corps », indique l’organisation syndicale dans un tract.

Selon l’Usac-CGT, le trafic aérien a progressé de 10% mais les effectifs ont connu une baisse de 10%, ce qui a impacté les conditions de travail et de repos des contrôleurs aériens. Ces derniers sont donc en grève pour revendiquer non seulement une hausse immédiate et importante des recrutements, mais
 aussi pour défendre des mesures destinées à améliorer leur pouvoir d’achat.

En cas de grève des contrôleurs aériens : indemnité ou « circonstance extraordinaire » ?

Malheureusement, contrairement à une grève au sein de la compagnie – comme cela a été le cas avec les grèves Air France ces dernières semaines – une grève des contrôleurs aériens ne donne pas droit à une compensation financière pour les passagers victimes d’un retard de vol, d’une annulation de vol ou encore d’une correspondance manquée pour cette raison. En effet, le règlement européen 261/2004 qui protège les passagers aériens et définit des obligations pour les compagnies aériennes prévoit des « circonstances extraordinaires » qui permettent aux transporteurs aériens d’être exemptés du versement d’une indemnité si la raison de la perturbation leur est extérieure.

Pas d’indemnisation mais une prise en charge de la compagnie

De ce fait, si vous devez prendre un avion le 22 mai prochain et que votre vol est annulé ou retardé du fait de la grève des aiguilleurs du ciel, vous ne pourrez malheureusement pas prétendre à l’indemnité forfaitaire habituellement prévue par ce règlement européen. En revanche, la compagnie aérienne devra vous prendre en charge durant l’attente d’un vol de remplacement ou du départ effectif de votre vol si celui-ci est retardé. 

Selon la durée du retard au départ ou en cas d’annulation de votre vol, une assistance doit vous être apportée gratuitement par la compagnie aérienne : boissons et repas, communications voire hébergement et transport depuis et vers l’aéroport en cas de départ repoussé au lendemain...

 

Auteur : Vanessa d'Air Indemnité

Crédit photos : © CC0 Creative Commons - Pixabay

Rédigé le 14/05/2018

Tags : Grèves

Ces articles pourraient également vous intéresser :

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des publicités ciblées adaptées à vos centres d'intérêts et réaliser des statistiques. Pour en savoir plus et paramétrer vos cookies, cliquez ici